Le Japon a tenté de sauver les bouddhas d'Afghanistan des talibans

Publié le par Anton Caraffa

taliban-bamyan.jpg

Le Japon avait proposé de sauver les statues de Bouddha de Bamiyan, en Afghanistan, pour empêcher les talibans de les détruire, mais le régime taliban alors au pouvoir a répondu en offrant aux Japonais de se convertir à l'islam, selon le livre d'un ex-dignitaire taliban.

Abdul Salam Zaïf, qui était l'ambassadeur du régime taliban au Pakistan, raconte que le Japon est le pays qui a le plus fait pression pour tenter d'empêcher la démolition des statues géantes, vieilles de 1.500 ans, qui ont finalement été détruites en 2001.

Année  2001,an 1 de la mutilation de la culture   universelle

Une délégation officielle japonaise accompagnée d'un groupe de bouddhistes sri-lankais a proposé de déplacer les statues en les démontant et en les reconstruisant pièce par pièce à l'étranger, écrit Abdul Salam Zaïf dans son autobiographie, qui vient de paraître aux Etats-Unis sous le titre "My life with the taliban" ("Ma vie avec les talibans").

"Ils ont aussi proposé de recouvrir les statues de la tête aux pieds pour que personne ne se rende compte qu'elles étaient là tout en les préservant", raconte l'auteur.

Les Japonais ont expliqué aux Afghans que leurs ancêtres étaient les pères fondateurs de la religion bouddhiste et qu'ils devaient conserver leur patrimoine, relate-t-il. "Puisqu'ils nous voyaient comme leurs pères fondateurs et qu'ils nous avaient déjà imités par le passé, je leur ai demandé pourquoi ils ne nous avaient pas suivis à nouveau lorsque nous avions trouvé la religion vraie", l'islam, raconte l'auteur.

Les talibans ont finalement mis un mois, en dépit des appels de la communauté internationale, pour détruire les bouddhas de Bamiyan à l'aide de batteries anti-aériennes et de dynamite, au prétexte que l'islam interdit l'idolâtrie. Ils ont été chassés du pouvoir quelques mois plus tard par l'invasion américaine à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Abdul Salam Zaïf, qui a été emprisonné au centre de détention américain de Guantanamo, à Cuba, vit aujourd'hui à Kaboul.link

Site Meter

Publié dans Japon

Commenter cet article